Vos droits en tant que passagers aériens: ce que vous devez savoir

Le transport aérien fait partie intégrante de notre vie quotidienne, que ce soit pour les voyages d’affaires ou pour les vacances. En tant que passagers, il est essentiel de connaître vos droits pour être en mesure de faire face aux éventuelles difficultés qui peuvent survenir lors de vos déplacements. Cet article vous informera sur vos droits en tant que passagers aériens et vous donnera des conseils professionnels pour mieux les comprendre et les exercer.

Les régulations qui protègent les passagers aériens

Plusieurs régulations internationales et nationales ont été mises en place pour protéger les droits des passagers aériens. Parmi les plus importantes, on trouve le Règlement européen (CE) n° 261/2004 qui établit des normes communes en matière d’indemnisation et d’assistance aux passagers en cas de refus d’embarquement, d’annulation ou de retard important d’un vol. De plus, la Convention de Montréal régit la responsabilité des compagnies aériennes en cas de dommages causés aux passagers, à leurs bagages ou en cas de retard.

Ces régulations s’appliquent généralement aux vols au départ ou à destination d’un pays membre de l’Union européenne (UE), ainsi qu’aux vols exploités par une compagnie aérienne basée dans l’UE. Il est important de noter que certaines dispositions peuvent varier selon les pays et les compagnies, il est donc recommandé de vérifier les conditions générales de transport de votre compagnie aérienne avant votre voyage.

A lire également  La déclaration de radiation d'une entreprise - Personne morale (M4) : Tout ce que vous devez savoir

Refus d’embarquement, annulation et retard de vol

En cas de refus d’embarquement involontaire (par exemple, en raison de la surréservation), d’annulation ou de retard important d’un vol, vous avez droit à certaines compensations et assistances en vertu du Règlement (CE) n° 261/2004.

Compensation financière: Selon la distance du vol et l’ampleur du retard, la compensation peut varier entre 250 et 600 euros. Toutefois, cette indemnisation n’est pas due si l’annulation ou le retard est causé par des circonstances extraordinaires (comme des conditions météorologiques extrêmes) ou si vous avez été informé au moins deux semaines avant la date prévue du vol.

Assistance: En cas de refus d’embarquement, annulation ou retard supérieur à deux heures, la compagnie aérienne doit vous offrir gratuitement des rafraîchissements, des repas et, si nécessaire, un hébergement pour une ou plusieurs nuits ainsi que le transport vers ce lieu d’hébergement. De plus, vous avez également le droit à deux appels téléphoniques gratuits ou à l’accès à Internet.

Remboursement ou réacheminement: Si votre vol est annulé ou retardé de plus de cinq heures, vous pouvez choisir entre un remboursement intégral du billet ou un réacheminement vers votre destination finale dans les meilleurs délais possibles, sous réserve de la disponibilité des sièges.

Bagages endommagés, perdus ou retardés

La Convention de Montréal prévoit des indemnisations en cas de dommages, de perte ou de retard dans l’acheminement des bagages par une compagnie aérienne. Toutefois, il est important de respecter certaines démarches pour pouvoir prétendre à ces indemnisations:

Déclaration de l’incident: En cas de bagage endommagé, perdu ou retardé, vous devez signaler le problème à la compagnie aérienne dès que possible, généralement dans un délai maximum de 7 jours pour les bagages endommagés et 21 jours pour les bagages retardés. Une déclaration écrite est souvent exigée et doit être accompagnée d’un inventaire détaillé et estimatif du contenu du bagage concerné.

A lire également  Divorce et pension alimentaire : Tout ce que vous devez savoir

Indemnisation: La responsabilité des compagnies aériennes en cas de dommages, perte ou retard des bagages est limitée par la Convention de Montréal à un montant maximal d’environ 1 131 droits de tirage spéciaux (DTS) par passager (environ 1 400 euros). Cependant, cette indemnisation peut être réduite si vous êtes considéré comme ayant contribué aux dommages ou si vous n’avez pas respecté les formalités requises.

Il est également recommandé de souscrire une assurance voyage adéquate pour couvrir les risques liés aux bagages, en particulier si vous transportez des objets de valeur ou des effets personnels indispensables.

Les droits des passagers à mobilité réduite

Les passagers à mobilité réduite (PMR), qu’ils soient handicapés ou âgés, bénéficient d’une protection spécifique en vertu du Règlement (CE) n° 1107/2006. Ce règlement prévoit notamment l’accès sans discrimination aux transports aériens pour les PMR, ainsi que des assistances gratuites et adaptées à leurs besoins lors de l’embarquement, du débarquement et durant le vol.

Il est important que les PMR informent la compagnie aérienne de leurs besoins et de leur situation au moins 48 heures avant le départ afin de permettre la mise en place des assistances nécessaires. Certaines compagnies peuvent également demander un certificat médical attestant de la capacité du passager à voyager.

En cas de non-respect de ces droits par une compagnie aérienne, les PMR peuvent saisir les autorités nationales compétentes pour obtenir réparation et, si nécessaire, engager une action en justice.

Comment faire valoir vos droits

Pour faire valoir vos droits en tant que passagers aériens, il est essentiel de respecter certaines étapes:

  1. Contacter la compagnie aérienne: En cas d’incident (refus d’embarquement, annulation, retard, problème de bagage), commencez par informer la compagnie aérienne et demandez la mise en œuvre des indemnisations et assistances prévues par les régulations en vigueur.
  2. Conserver les documents: Gardez tous les documents relatifs à votre voyage (billets, cartes d’embarquement, reçus de dépenses, etc.) pour pouvoir prouver les faits et justifier vos demandes d’indemnisation.
  3. Faire appel à un médiateur ou à une association de consommateurs: Si la réponse de la compagnie aérienne ne vous satisfait pas ou si celle-ci refuse de vous indemniser, vous pouvez solliciter l’aide d’un médiateur ou d’une association de consommateurs pour tenter de résoudre le litige à l’amiable.
  4. Saisir les autorités compétentes: En cas d’échec de la médiation ou si vous estimez que vos droits n’ont pas été respectés, vous pouvez saisir les autorités nationales compétentes (en France, la Direction générale de l’aviation civile) pour obtenir réparation.
  5. Engager une action en justice: Si toutes ces démarches échouent, il peut être nécessaire d’engager une action en justice pour faire valoir vos droits. Dans ce cas, il est vivement conseillé de consulter un avocat spécialisé dans le droit aérien pour vous assister dans cette procédure.
A lire également  Les différents types d'infractions pénales : comprendre et agir en connaissance de cause

En comprenant et en connaissant vos droits en tant que passagers aériens, vous serez mieux préparés à faire face aux éventuelles difficultés lors de vos voyages. N’hésitez pas à vous informer et à demander l’aide d’un professionnel en cas de besoin pour garantir le respect de vos droits et obtenir les indemnisations auxquelles vous avez droit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*