Contrat AESH : quelles garanties pour l’évolution de carrière des accompagnants ?

Le métier d’Accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH) est essentiel pour l’inclusion scolaire et sociale des enfants en situation de handicap. Pourtant, les AESH sont souvent confrontés à des difficultés en termes d’évolution de carrière. Quelles sont les garanties offertes aux accompagnants et comment peuvent-ils progresser dans leur parcours professionnel ? Décryptage.

Le cadre juridique et le statut des AESH

Les AESH sont des agents non titulaires de la fonction publique, recrutés sur contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminée (CDI). Leur mission principale est d’accompagner les élèves en situation de handicap dans leur parcours scolaire, en facilitant leur accès aux apprentissages, à la vie sociale et à l’autonomie.

La loi du 8 juillet 2013 a instauré le statut spécifique d’AESH, remplaçant ainsi les AVS (Auxiliaires de vie scolaire) et les EVS (Emplois vie scolaire). Ce statut a permis une amélioration des conditions d’emploi et de rémunération, ainsi qu’une meilleure reconnaissance du métier. Cependant, il n’offre pas encore toutes les garanties attendues en matière d’évolution de carrière.

L’évolution de carrière des AESH : un parcours semé d’embûches

Les AESH sont recrutés sur la base d’un contrat de 3 ans renouvelable une fois, soit une durée maximale de 6 ans en CDD. À l’issue de cette période, ils peuvent être titularisés en CDI, à condition d’avoir travaillé au moins 1 560 heures et d’avoir bénéficié d’une formation d’adaptation à l’emploi.

A lire également  Conflit entre actionnaires : comment gérer et résoudre ces situations délicates?

Cependant, cette perspective de CDI n’est pas systématique et nombreux sont les accompagnants qui se retrouvent au chômage à la fin de leur CDD. De plus, les AESH sont souvent employés à temps partiel et leur rémunération est faible, ce qui limite leurs possibilités d’évolution professionnelle.

En outre, les perspectives de formation et de promotion interne sont limitées pour les AESH. Ils ne bénéficient pas du même droit à la formation continue que les autres agents publics et n’ont pas accès aux concours internes réservés aux titulaires. Les possibilités de développement des compétences et d’accès à des postes à responsabilité sont donc restreintes.

Les pistes pour améliorer l’évolution de carrière des AESH

Pour pallier ces difficultés, différentes mesures pourraient être envisagées afin d’améliorer l’évolution de carrière des AESH :

  • Développer la formation continue et proposer des parcours de professionnalisation adaptés aux accompagnants, en leur permettant notamment d’accéder à des certifications et des diplômes reconnus.
  • Ouvrir l’accès aux concours internes de la fonction publique, afin de permettre aux AESH de se présenter à des concours réservés aux titulaires et d’accéder à d’autres corps de métiers.
  • Revaloriser les rémunérations et les conditions d’emploi, en garantissant notamment un temps de travail suffisant et une meilleure prise en compte des missions spécifiques des AESH dans le cadre de leur rémunération.
  • Favoriser la reconnaissance du métier d’AESH, en développant une communication positive autour de ce métier essentiel pour l’inclusion scolaire et sociale des élèves en situation de handicap.

En conclusion, si le statut d’AESH a permis une amélioration des conditions d’emploi et de reconnaissance du métier, il reste encore beaucoup à faire pour garantir une véritable évolution de carrière aux accompagnants. Il est essentiel que les pouvoirs publics, les collectivités territoriales et les acteurs du secteur éducatif s’engagent dans cette voie, afin de valoriser le métier d’AESH et d’offrir un avenir professionnel à ces professionnels indispensables au bien-être et à la réussite des élèves en situation de handicap.

A lire également  Les conditions d'obtention d'un brevet : un guide complet

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*